La transparence est au cœur de l'urgence climatique. Sans efforts de transparence de la part des pays concernant leurs contributions à la lutte pour le climat, nous ne pourrons passer de la planification à l’action, ni sortir vainqueurs de la lutte contre le changement climatique.

Depuis le début de l'année, 11 pays en développement (en anglais) dans le monde ont rendu compte de leurs progrès en présentant leurs rapports biennaux actualisés sur la transparence. Ce résultat est d'autant plus impressionnant que, pour les pays en développement, le recueil et la gestion des données sur les sources d'émissions de gaz à effet de serre ainsi que l'analyse des tendances peuvent s’avérer difficiles. Il s’agit de suivre des données climatiques, de communiquer des résultats et de garantir un contrôle de la qualité des données, ce qui s’ajoute à la réalisation d'autres objectifs tels que les contributions déterminées au niveau national (CDN) et les objectifs de développement durable (ODD). De nombreux pays en développement, y compris les petits États insulaires, ne disposent pas des capacités et des ressources nécessaires pour s’acquitter d’examens de ce type.

Pourtant, il est essentiel de s’efforcer de tendre à davantage de transparence climatique.

Pourquoi est-ce si important ?

Des données climatiques scientifiques fiables peuvent nous aider à prendre des décisions en connaissance de cause.

La pandémie de COVID-19 n’a cessé de nous enseigner que des données scientifiques actualisées et fiables sont essentielles pour permettre aux décideurs politiques de prendre les bonnes décisions, particulièrement en temps de crise.

Lorsqu'un pays peut recueillir, analyser et présenter des données climatiques, il peut évaluer sa situation, ses besoins, ses priorités, ses progrès ou a contrario, ses lacunes. Les pays disposant de données solides peuvent élaborer des politiques climatiques adaptées, efficaces et réalistes, développer des plans d’action et évaluer le soutien nécessaire à la réalisation de ces politiques.

Afin de mettre en œuvre les plans d'atténuation auxquels il s'est engagé dans le cadre de ses promesses nationales pour le climat, le Vanuatu a estimé qu’il aurait besoin d'environ 180 millions de dollars américains, soit environ 152 millions d’euros. Le pays est désormais plus aguerri pour quantifier les ressources nécessaires à la mise en place de politiques d'atténuation et d'adaptation climatiques par secteur et pour élaborer des propositions plus ciblées et solides pour rallier le financement de donateurs et les investissements du secteur public.

La transparence climatique peut contribuer à intégrer la question du climat dans la réponse à la crise de la COVID-19 et au-delà.

Dès le début de l’année 2020, les gouvernements ont mis en place des mesures politiques de relance budgétaire pour atténuer les effets de la pandémie. Pourtant, un rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement révèle que cette même-année, seulement 18 % des dépenses d’aide et de relance, ont tenu compte de l'environnement et du climat, soit environ 368 milliards de dollars sur plus de 14 600 milliards de dollars.

Nous ne pouvons pas plaider en faveur d'une relance verte et favorable au climat sans recueillir et analyser les données des plans de relance des gouvernements et les mesurer par rapport aux investissements verts nécessaires en vue d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. À cet effet, la mise en place de systèmes de transparence permet non seulement de responsabiliser les gouvernements face à leurs engagements climatiques, mais aussi de garantir un avenir « zéro émission nette ».

Autrement dit, la neutralité climatique est à portée de main si nous collectons davantage de données pour accroître la transparence des investissements et des financements favorables au climat. À titre d’exemple, la Colombie a mis en place une plateforme en ligne dédiée au financement climatique, qui fournit des données actualisées sur les financements climatiques nationaux et internationaux et des secteurs public et privé. La plateforme référence également ces initiatives sur une carte du pays et fournit des informations claires aux décideurs, notamment l'endroit où ces actions climatiques sont entreprises et les résultats de ces investissements. La création de cette plateforme permet à la Colombie de faire aller de pair ses besoins financiers et les objectifs ambitieux de sa promesse climatique, mais aussi de suivre et de contrôler la réalisation de ces derniers.

Les données contribuent aussi à promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Un engagement plus fort en faveur de l'égalité des genres est essentiel pour une relance mondiale durable et à faible émission carbone. Le processus dédié de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a permis aux pays de reconnaître que les besoins, priorités et capacités spécifiques des femmes et des hommes doivent être pris en compte dans leurs actions de lutte contre le changement climatique. Garantir l’égalité hommes-femmes dans l'action climatique, dans les mesures politiques, dans les programmes et les fonds d’action, est impossible sans un système transparent de suivi, sans la publication de rapports et sans la vérification des données. Mesurer l'égalité des genres à l’aide d'outils et de systèmes de données permet de rendre compte des efforts réalisés pour prendre en compte les questions de genre dans les processus d'atténuation du changement climatique et d’être à même d'expliquer l'importance de l’intégration du genre dans l'action climatique.

Sur ces questions, l’Uruguay a notamment déployé un système national de suivi, de vérification et de notification pour veiller à l'intégration de la dimension de genre dans ses activités. Cela lui a permis d’assurer le suivi de ses objectifs de Contributions déterminées au niveau national, de ses mesures d'atténuation et d'adaptation climatiques, de la dimension du genre et de sa production de gaz à effet de serre, servant ainsi de véritable « tableau de bord » aux décideurs.

Rejoignez le mouvement pour une plus grande transparence climatique

Tout cela ne peut se concrétiser qu’à condition que les citoyens et les gouvernements saisissent toute l'importance de la transparence climatique. L'action climatique repose sur la sensibilisation, les capacités et les connaissances de chacun.

Si nous voulons vraiment une transparence et une responsabilité durables, nous devons appeler à un changement de système qui réponde à l'urgence climatique à toutes les échelles de la société. Agissons maintenant, avant qu'il ne soit trop tard.                                 

                                                                  ###

Note de l’éditeur : le PNUD s’est joint à la campagne mondiale #Data4BetterClimateAction avec 13 autres entités internationales, afin de promouvoir l'importance de la transparence. En savoir plus sur la campagne (en anglais).

Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde