Les opérations de sauvetage après le tremblement de terre meurtrier en Haïti ont été entravées par les fortes pluies causées par la tempête tropicale Grace. Photo : PNUD / Moïse Pierre

 

Aujourd'hui, les conflits sont de plus en plus récurrents et prolongés, les chocs liés au climat sont plus intenses et fréquents, et les effets de la pandémie de COVID-19 ont mis en évidence l'urgence de s'attaquer aux facteurs complexes et multidimensionnels de besoins humanitaires croissants.

La Journée mondiale de l'aide humanitaire est l'occasion de faire le point sur ces défis, de nous rappeler les millions de personnes dans le monde qui sont touchées par les conflits, les catastrophes, la pauvreté et la maladie, et pour le PNUD de se tenir aux côtés de ses collègues humanitaires pour reconnaître et se souvenir de ceux qui travaillent pour sauver des vies et soulager la souffrance.

Soutien en Haïti et prise en compte du caractère multidimensionnel des crises

À la mi-août, un tremblement de terre dévastateur de magnitude 7,2 a frappé Haïti, où le PNUD travaille depuis des décennies. Il a touché plus de 800 000 personnes et le bilan dans la troisième plus grande ville en Haïti, Les Cayes, s'élève à 1 941 victimes, 9 900 blessés et 84 000 maisons endommagées ou détruites. Les opérations de secours menées à la suite de ce séisme meurtrier ont été entravées par les fortes pluies qui se sont abattues sur l'île à la suite de la tempête tropicale Grace. Les personnes sans abri ont dû choisir entre braver la tempête sous des bâches fragiles ou risquer de retourner vivre dans des bâtiments endommagés.

Pourtant, au milieu de ce chaos, le travail humanitaire se poursuit, avec la livraison de vivres d'urgence vitales aux populations touchées, l'aide à la coordination des opérations de recherche et de sauvetage et l’évaluation rapide des besoins d’assistance à court et à long terme après la crise – le PNUD soutient notamment l'équipe des Nations Unies pour l'évaluation et la coordination en cas de catastrophe (UNDAC).

Cette année, le thème de la Journée mondiale de l'aide humanitaire est #TheHumanRace (#LaCoursePourLhumanité). Il met l’accent particulier sur l'interaction entre les crises humanitaires et le climat, reconnaissant l’effet destructeur du climat sur les personnes vulnérables en augmentant leur exposition aux risques et aux dangers. Les niveaux croissants de pauvreté et la faiblesse des institutions étatiques sous-tendent et exacerbent ces risques récurrents, ce qui rend plus difficile pour les communautés de se préparer aux catastrophes et de renforcer leur résilience. Et souvent, comme c’est le cas d'Haïti, cette situation est aggravée par d'autres problèmes complexes et interdépendants, notamment les conflits et l'instabilité politique, qui compliquent encore les interventions internationales pourtant indispensables.

La crise actuelle en Haïti illustre les défis mondiaux croissants qui découlent de risques récurrents multiples et interdépendants, dont le changement climatique. Et Haïti n'est pas le seul pays à être confronté à une « vulnérabilité multidimensionnelle ». La pandémie de COVID-19 a montré que les risques et la vulnérabilité sont systémiques et interconnectés. Les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure représentent huit des dix pays les plus touchés par les conditions météorologiques extrêmes en 2019 (en anglais). Il est urgent d'intensifier et de renforcer les capacités dans ces contextes et de développer la résilience face à un large éventail de risques, exacerbés par le changement climatique, un processus essentiel pour les aider à progresser sur la voie du développement durable.

Alors que nous intensifions notre soutien au gouvernement haïtien pour l'aider à se relever du dernier tremblement de terre, nous nous souvenons des enseignements tirés de notre intervention après le précédent séisme dévastateur de 2010 qui a coûté la vie à 230 000 personnes, dont 83 de nos collègues lorsque le siège des Nations Unies de Port-au-Prince s'est effondré, causant des dégâts massifs. Grâce à un programme triennal de 350 millions de dollars, nous avons créé des centaines de milliers d'emplois consacrés au recyclage des débris et à la reconstruction des infrastructures ; stimulé les petites entreprises ; revitalisé les systèmes de préparation aux catastrophes et de réduction des risques ; reconstruit les capacités du secteur de la justice et de l'État de droit ; et renforcé le processus électoral.

Aujourd'hui, alors qu'Haïti fait face à de nouvelles souffrances, le PNUD s'appuie sur son expérience et s'engage à soutenir le gouvernement et le peuple haïtiens en leur apportant des solutions intégrées qui s'attaquent aux causes sous-jacentes des crises récurrentes. Ces efforts viendront compléter l'assistance vitale, non seulement pour sauver des vies grâce à l'action humanitaire, mais aussi pour protéger les moyens de subsistance et améliorer la vie des plus vulnérables au-delà des effets immédiats de la crise actuelle.

L'engagement du PNUD à rester et à tenir ses promesses avant, pendant et après les crises

Le PNUD offre des solutions de développement qui complètent les efforts humanitaires, préviennent les crises à venir et aident à protéger les acquis du développement. L'engagement du PNUD à « demeurer et accomplir » leur mission de développement dans des contextes de crise implique souvent le rétablissement de fonctions gouvernementales essentielles, la consolidation de la paix, la stabilisation des moyens de subsistance, la gestion des débris, la réhabilitation des infrastructures et l'aide au gouvernement pour planifier la relance, autant d’ingrédients qui doivent être mis en place ensemble. Il est nécessaire de coordonner l'action humanitaire, les programmes de développement et la consolidation de la paix simultanément. Le triptyque « humanitaire-développement-paix » permet de s'assurer que les communautés vulnérables et fragiles sont plus résilientes avant, pendant et après la réponse humanitaire, afin de réduire la vulnérabilité aux chocs à venir et de contribuer à des sociétés plus pacifiques et durables.

Honorer le travail des humanitaires et commémorer ceux qui sont morts dans l’exercice de leurs fonctions

Le PNUD joue un rôle unique en veillant à ce que les solutions de développement à long terme restent un soutien essentiel, parallèlement au travail vital des humanitaires dans les situations de crise pour aider à réduire les besoins au fil du temps. C'est pourquoi nous nous joignons à nos collègues humanitaires pour rendre hommage à ceux qui offrent une aide vitale aux plus vulnérables. Nous nous joignons également à eux pour commémorer la mémoire des nombreux travailleurs humanitaires qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions, pour demander qu’ils soient autorisés à effectuer leur travail qui est vital, sans entraves et en toute sécurité, et nous appelons également à la cessation de la violence à leur encontre.

Alors que le PNUD se joint à ses collègues pour marquer la Journée mondiale de l'aide humanitaire, nous sommes fiers que notre approche unique et notre engagement à offrir des solutions de développement dans des contextes de crise puissent contribuer à aider les personnes les plus vulnérables du monde et à mettre fin aux besoins humanitaires au fil du temps. Le PNUD est prêt à soutenir ses collègues humanitaires pour rendre le monde meilleur en dépit des catastrophes, des conflits et des crises.

« Le PNUD propose des solutions de développement qui complètent les efforts humanitaires, préviennent les crises futures et aident à protéger les acquis du développement. »

 

PNUD Dans le monde