En choisissant des voies positives pour la nature, nous pouvons éviter de franchir les points de basculement en matière de climat, de biodiversité et de santé. Photo : James Wheeler/Pexels

 

En 1972, la publication révolutionnaire du Club de Rome, Les limites de la croissance, prévoyait que la croissance démographique incontrôlée, associée à une consommation de ressources toujours plus importante, finirait par poser un risque existentiel pour l'humanité. Il y a 50 ans, le monde savait déjà où notre trajectoire se dirigeait : vers une urgence planétaire. Nous devons de toute urgence nous engager sur des voies permettant d'éviter de franchir les points de basculement en matière de climat, de biodiversité et de santé.

Accroître les ambitions en matière de protection et de restauration de la nature afin de garantir un filet de sécurité planétaire pour l'humanité.

La session d'ouverture du Hub Nature for Life présente une voix unifiée de dizaines de gouvernements de la Coalition de la haute ambition, du l'Engagement des dirigeants pour la nature et de la Alliance mondiale des océans, qui appellent tous à des objectifs audacieux de protection d'au moins 30 % de la planète d'ici 2030. De la même manière, les leaders présents à l'événement appellent à accélérer la restauration d'un milliard d'hectares d'ici à 2030. La réalisation de ces objectifs contribuera à créer un filet de sécurité planétaire pour l'humanité.

Aligner les financements des secteurs public et privé

Les financements des secteurs public et privé servent souvent à accélérer la perte de biodiversité. Par exemple, près de 90 % des subventions et des avantages fiscaux agricoles sont destinés à des activités qui peuvent nuire à la nature. La réaffectation de ces financements pour favoriser une transition juste et régénératrice représente une opportunité de 470 milliards de dollars. En outre, alors que la valeur totale des actifs d'investissement mondiaux sous gestion dépasse les 100 000 milliards de dollars, il ne coûterait que 400 milliards de dollars par an pour nettoyer les océans du monde, étendre les zones protégées à 30 % de la planète et restaurer un milliard d'hectares de terres dégradées. La création de structures financières permettant de réorienter les subventions et les avantages fiscaux agricoles et de réorienter les capitaux privés est l'une des tâches les plus urgentes de cette décennie, comme l'a souligné le Partenariat pour l'urgence planétaire avant le sommet des dirigeants du G7.

Alignement des pratiques commerciales

Pendant trop longtemps, notre marché n'a pas tenu compte des valeurs de la nature. Les entreprises ont eu le champ libre pour réaliser des profits au détriment de la nature, et l'ère d'une économie aveugle à la nature touche rapidement à sa fin. Le lancement officiel, ce mois-ci, du Groupe de travail sur les divulgations d’informations financières liées à la nature (TNFD) (en anglais) est le signe que les entreprises seront bientôt tenues responsables de leurs impacts sur la nature et qu'elles devront aligner leurs pratiques pour minimiser ces impacts si elles veulent rester compétitives.

Réimaginer la nature du développement en plaçant la nature au cœur du développement

Si les modèles économiques et de développement ne parviennent pas à nous aider à prospérer dans l'Anthropocène, comment devons-nous réimaginer la nature même du développement ? Le Rapport mondial sur le développement humain 2020 du PNUD constitue un point de départ clair : nous devons changer la façon dont nous mesurons les progrès en tenant compte des impacts sur l'environnement. Le lancement du UN Biodiversity Lab, dans lequel les pays élaborent leur propre « Carte de l'espoir » spatiale, montre une voie similaire : les gouvernements placent la nature au cœur de leurs objectifs en matière de développement durable, de climat et de biodiversité.

Réinitialiser la relation entre les humains et la planète

Nous ne pouvons pas atteindre nos objectifs pour la planète sans d'abord respecter les droits des peuples autochtones et des communautés locales, qui gèrent traditionnellement un tiers des terres de la planète, mais ne disposent de titres de propriété légaux que sur une fraction. L'octroi de droits fonciers légaux aux peuples autochtones et aux communautés locales permettra de préserver de vastes étendues d'écosystèmes intacts, qui procureront d'immenses avantages à l'humanité.

Cartographier une réponse planétaire à notre crise planétaire

L'année dernière, le Club de Rome, en partenariat avec l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique, a rédigé un petit guide intitulé Plan d'urgence planétaire : Un nouveau pacte pour les personnes, la nature et le climat (en anglais). Ce plan identifie les principaux engagements et transformations nécessaires pour un avenir juste, positif pour la nature et à faible émission de carbone. Le plan appelle tous les gouvernements et secteurs à adopter leur propre plan d'urgence planétaire, en élaborant des feuilles de route nationales et sectorielles pour une utilisation régénératrice des terres et des économies circulaires vertes et inclusives. La nature est une pièce essentielle du puzzle de la lutte contre le changement climatique. Il est urgent d'aborder les crises interconnectées du climat, de la biodiversité et de la santé comme un seul défi intégré, et de s'efforcer d'opérer une transformation systémique.

Inspirer l'espoir et l'engagement mondial

L'année prochaine marquera le 50e anniversaire non seulement de Les limites de la croissance du Club de Rome, mais aussi de la première conférence des Nations unies sur l'environnement humain – la Conférence de Stockholm de 1972 – et le 30ème anniversaire du Sommet de la Terre de Rio, qui a donné naissance aux trois conventions de Rio : la Convention sur la diversité biologique, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification. Ces deux événements ont marqué une période d'espoir où le monde s'est réuni pour élaborer une réponse globale à une crise environnementale. Si nous voulons sortir de l'urgence planétaire, nous devons nous réunir à nouveau, dans le même esprit et avec la même détermination, comme nous l'avons fait lors de la Conférence de Stockholm et du Sommet de la Terre de Rio. Les trois Conférences des parties mondiales qui se tiendront au cours des huit prochains mois, ainsi que la conférence Stockholm+ 50 de l'année prochaine, offrent une chance d'y parvenir.

Il y a 50 ans, nous savions que nous nous dirigions vers une urgence planétaire. Et nous en sommes là aujourd'hui. Nous devons de toute urgence changer de cap. L’événement Nature for Life Hub cristallise un ensemble urgent de voies de transformation qui constituent la voie à suivre. Nous devons tous et toutes faire partie de la solution – pour sortir ensemble de cette urgence. Nous ne pouvons pas attendre 50 ans de plus. Nous ne pouvons pas attendre une autre décennie. Il est temps d'agir pour un avenir positif pour la nature – aujourd'hui.

 

Icon of SDG 0

PNUD Dans le monde