Un réseau communautaire regroupant plus de 4 600 familles dans l'écorégion du Cerrado au Brésil commercialise des dizaines de produits biologiques certifiés pour une gestion durable et régénératrice des ressources. Photo : PNUD Brésil

 

L'heure du changement a sonné. Il y a deux ans, le Financial Times a lancé sa campagne « Nouvel Agenda » avec une première page au titre suivant : « Capitalisme : le temps d'une remise à zéro ». L'année dernière, le PNUD a lancé son rapport annuel sur le développement humain, intitulé « La prochaine frontière : le développement humain et l'Anthropocène », avec la conclusion brutale qu'aucun pays n'a pu atteindre un niveau élevé de développement humain sans avoir au préalable porté atteinte de manière significative à l'environnement. Et ces derniers jours, lors du Forum politique de haut niveau sur le développement durable de 2021, la nature et le climat ont été au centre des débats, les États discutant de la « reprise durable et résiliente après la pandémie de COVID-19 ». De nombreux rapports sur le déclin de la nature, tels que le Rapport d'évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques, aboutissent tous à une seule et même conclusion : il est temps de procéder à des changements sociétaux de grande ampleur concernant la nature, le climat et l'économie. Mais quels types de changements sont les plus nécessaires ?

Ce qu'il faut maintenant

Nous pouvons nous tourner vers les gouvernements pour obtenir des conseils sur les changements qui sont essentiels maintenant. Au début de l'année, les ministres du climat et de l'environnement des pays du G7 ont publié un communiqué commun qui expose clairement une série de transformations sociétales urgentes :

-        Intégrer la nature dans l'économie : Nous devons réinitialiser notre relation avec la nature en reconnaissant et en intégrant les valeurs de la nature dans tous les secteurs, dans nos économies et dans les efforts de relance de l'économie verte. Cela signifie qu'il faut mobiliser de nouvelles sources de financement public et privé à l'aide de nouveaux instruments et outils, notamment les marchés volontaires du carbone et les paiements pour les services écosystémiques. Cela signifie également qu'il faut catalyser une économie verte respectueuse de la nature, notamment par le biais des micro, petites et moyennes entreprises.

-        Mettre en œuvre des solutions climatiques basées sur la nature : Nous devons reconnaître le rôle de la nature pour nous aider à atteindre nos objectifs climatiques. La nature peut fournir jusqu'à 38 pourcents de nos objectifs d'atténuation du climat, mais elle ne reçoit que 3 % du financement du climat. Les solutions climatiques basées sur la nature peuvent stocker le carbone, tout en offrant un large éventail d'avantages rentables pour l'adaptation au climat, et nous devons veiller à ce que les contributions déterminées au niveau national pour le climat incluent des ambitions concernant la nature.

-        Promouvoir la gestion durable des ressources : Nous devons repenser la façon dont nous produisons les produits de base, en transformant nos systèmes de gestion de l'alimentation, de la pêche et des forêts. Cela signifie qu'il faut éliminer la déforestation des chaînes d'approvisionnement en produits de base et viser une agriculture et une agroforesterie régénératrices et résistantes au climat. Dans le cadre de la planification intégrée de l'utilisation des terres, nous devons également fixer des objectifs ambitieux en matière de protection et de restauration des écosystèmes, afin de préserver les services écosystémiques essentiels pour l'humanité. Mais si nous voulons atteindre ces objectifs, nous devons reconnaître et faire respecter les droits des peuples autochtones et des communautés locales.

Ces approches et suggestions ne sont pas particulièrement nouvelles. Il est toutefois encourageant de constater que de nombreux gouvernements ont fini par reconnaître que les politiques doivent changer. Mais où trouver des conseils sur la manière de changer ? Pour trouver des exemples de ces transformations dans la pratique, nous devons regarder dans une autre direction - vers les communautés locales et autochtones du monde entier qui montrent déjà la voie.

Les peuples autochtones et les communautés locales donnent le ton

Les lauréats du Prix Équateur de cette année, dirigés par le PNUD et sélectionnés dans les catégories des solutions climatiques basées sur la nature, des systèmes alimentaires respectueux de la nature et de l'économie verte, illustrent bon nombre des transformations essentielles mises en évidence par les pays du G7.

-        Intégrer la nature dans les économies : Le Grupo Ecológico Sierra Gorda a contribué à la mise en place d'un mécanisme d'empreinte carbone financé par l'État, encourageant les propriétaires fonciers à adopter une utilisation des terres respectueuse du climat, notamment l'agriculture régénérative. Le groupe Tropical Forest and Rural Development, qui opère autour de la réserve de biosphère de Dja au Cameroun, travaille avec des grossistes en produits alimentaires et cosmétiques pour maintenir des chaînes de valeur agroforestières équitables et durables basées sur le cacao. En Inde, le Snehakunja Trust encourage l'entrepreneuriat vert, protège et restaure les zones humides et pilote le premier projet de carbone bleu en Inde. Toujours en Inde, l'Aadhimalai Pazhangudiyinar Producer Company Limited, entièrement gérée par des autochtones de la réserve de biosphère de Nilgiri, promeut des moyens de subsistance durables pour près de 150 villages grâce à des micro-entreprises, des petites entreprises et des entreprises sociales durables et diversifiées.

-        Mettre en œuvre de solutions climatiques basées sur la nature : Les Kichwa de Sarayaku, en Équateur, protègent leur territoire ancestral, en gardant le pétrole et le carbone organique dans le sol, en plaidant pour une nouvelle catégorie d'aires protégées gérées par les autochtones, appelée « Kawsak Sacha », ou « Forêt vivante », qui attribue des droits légaux à leur forêt. Un groupe de jeunes en Bolivie, l'Asociación de Jóvenes Reforestadores en Acción (AJORA), promeut l'agroforesterie régénératrice, qui offre une solution pour le climat, les moyens de subsistance et la nutrition. L'Asociación de Mujeres Indígenas del Territorio Cabécar Kábata Könana rassemble des femmes autochtones de la région de Talamanca au Costa Rica pour soutenir la diversité des semences résistantes au climat et l'agroforesterie régénérative.

-        Promouvoir une gestion durable et régénératrice des ressources : CoopCerrado, un réseau communautaire regroupant plus de 4 600 familles dans l'écorégion du Cerrado au Brésil, commercialise des dizaines de produits biologiques certifiés grâce à des pratiques agricoles régénératrices et à une récolte durable dans des « réserves d'utilisation durable ». Au Niger, un syndicat d'agriculteurs, FUGPN MOORIBEN, améliore la sécurité alimentaire de plus de 5 000 personnes grâce à des pratiques agroécologiques. Au Kirghizistan, la Fédération BIO-KG est à l'avant-garde du concept de « Organic Aimak », ou « Communauté biologique », qui promeut une production exclusivement biologique et résistante au climat.

L'heure est venue d'un profond changement sociétal, sur la nature, le climat, l'alimentation et les économies. L'une des mesures les plus sages que nous puissions prendre maintenant est d'écouter et d'apprendre des milliers de communautés locales et autochtones, de soutenir leurs efforts et de les aider à reproduire leurs actions.

 

Icon of SDG 12 Icon of SDG 13 Icon of SDG 15

PNUD Dans le monde