Égalité des sexes dans l’administration publique

22 avr. 2016

L’égalité des sexes est à la fois un objectif de développement essentiel et un vecteur de développement humain. Parvenir à une représentation équitable des femmes, en particulier aux postes de prise de décision, reste cependant un défi permanent. La nécessité d’accroître leur présence à des postes de responsabilité politique se fait de plus en plus pressante. Afin de combler cette lacune, le PNUD a mis au point une initiative commune de recherche et de formulation de politiques  intitulée Égalité des sexes dans l’administration publique (« GEPA » en anglais).

 

Le présent rapport mondial fait état des données nationales disponibles et présente une analyse des obstacles à la représentation équitable des femmes et  leur présence aux postes de décision dans l’administration publique. Il souligne également des exemples d’approches susceptibles d’être efficaces et émet des recommandations d’actions futures. 

A retenir

  • De nombreuses administrations publiques sont près d’atteindre une présence minimum de 30 % de femmes à des postes de direction mais cette participation est très variable, allant de 75 % en Ukraine à seulement 12 % en Inde.
  • Le Costa Rica compte 46 % de femmes occupant des postes décisionnels, le Botswana 45 % et la Colombie 40 %.
  • Le nombre de femmes élues à la tête d’États ou de gouvernements est passé de 8 en 2005 à 17 en 2012, tandis que le nombre de femmes aux postes ministériels est passé de 14,2 % en 2005 à 16,7 % en 2012.
  • Les pays scandinaves enregistrent le pourcentage le plus élevé de femmes ministres (48,4 %), suivis des Amériques (21,4 %) et de l’Afrique subsaharienne (20,4 %).

PNUD Dans le monde