New York, 15 juillet 2021 - Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et ses partenaires annoncent les lauréats de la 12e édition du Prix Équateur, qui récompense les communautés locales et autochtones du monde entier. Les organisations lauréates présentent des solutions locales, innovantes et fondées sur la nature pour lutter contre la perte de biodiversité et le changement climatique, et atteindre leurs objectifs de développement local même en cas de pandémie.

Les lauréats du Prix Équateur démontrent les avantages de placer les connaissances et les pratiques des communautés autochtones et locales en matière de solutions fondées sur la nature au cœur du développement local. À l'heure où nous sommes confrontés à une crise planétaire sans précédent, il est essentiel de mettre en avant les actions qui restaurent nos systèmes alimentaires durables, atténuent le changement climatique et protègent la nature - tout en contribuant à la reprise verte après la pandémie.

"Nous avons besoin d'une transformation profonde de nos modèles économiques et de développement qui permettra de faire avancer la protection et la restauration de notre monde naturel", a déclaré Achim Steiner, administrateur du PNUD. "Les lauréats du Prix Équateur de cette année montrent que cette transformation est déjà en cours dans le monde entier - leurs incroyables solutions fondées sur la nature constituent un modèle pour résoudre notre urgence planétaire.  Les lauréats de cette année illustrent les types de changements dont nous avons besoin maintenant, et ils nous inspirent pour suivre leurs traces. Nous sommes reconnaissants envers le gouvernement norvégien pour son généreux soutien au Prix Équateur 2021."

Parmi les lauréats de cette année figurent des coopératives locales qui commercialisent des fruits récoltés de manière durable et des cultures biologiques comme alternative à l'exploitation forestière et au braconnage dans les réserves forestières ; un groupe autochtone qui se bat pour protéger son territoire ancestral de l'exploitation pétrolière ; une organisation locale qui protège des écosystèmes de zones humides critiques, contribuant ainsi à atténuer le changement climatique tout en préservant les sources d'eau pour des centaines de communautés ; et un groupe de défense de base qui promeut une transition vers l'agriculture biologique fondée sur des pratiques traditionnelles, conduisant à un engagement gouvernemental en faveur d'une production alimentaire exclusivement biologique dans tout le pays d'ici dix ans.

C'est la première fois que le Prix Équateur est décerné à un groupe du Kirghizstan. Les lauréats sont également basés au Brésil, en Bolivie, au Cameroun, au Costa Rica, en Équateur, en Inde, au Niger et au Mexique. Dans la perspective du Cadre mondial pour la biodiversité post-2020, les lauréats illustrent les mesures qui peuvent être prises dès maintenant pour protéger, restaurer et gérer durablement la biodiversité et les écosystèmes essentiels pour l'avenir des personnes et de la planète.

Les lauréats du Prix Équateur recevront 10 000 dollars US et auront la possibilité de participer à une série d'événements virtuels spéciaux associés à l'Assemblée générale des Nations unies, au Nature for Life Hub et au Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires plus tard dans l'année. Ils rejoindront un réseau de 255 communautés de plus de 80 pays qui ont reçu le Prix Équateur depuis sa création en 2002.

Les lauréats ont été sélectionnés parmi plus de 600 candidatures provenant de 126 pays par un comité consultatif technique indépendant composé d'experts de renommée internationale. La sélection s'est faite sur la base d'approches communautaires qui constituent un modèle pour la reproduction et la mise à l'échelle de solutions visant à résoudre notre crise de la biodiversité. Par exemple, le réseau d'aires marines gérées localement de Fidji (Prix Équateur 2002) a vu son modèle d'aires marines gérées localement s'étendre d'abord dans le Pacifique, puis sur d'autres continents. La Kayonza Growers Tea Factory en Ouganda (Prix Équateur 2015) a obtenu un prêt pour la construction d'une usine satellite afin de poursuivre le succès de la coopérative de producteurs de thé.

Pour plus d'informations, consultez le site https://www.equatorinitiative.org/2021/06/25/meet-the-winners-of-the-equator-prize-2021/, ou participez à la conversation en utilisant #EquatorPrize sur Twitter ou Facebook.

Rencontrez les gagnants du Prix Équateur 2021 :

Asociación de Jóvenes Reforestadores en Acción (AJORA) - Bolivie

Ce groupe de jeunes femmes promeut des modèles agroforestiers durables et s'attaque à la perte et à la dégradation des écosystèmes par le biais d'activités traditionnelles de gestion et de restauration des incendies. AJORA contribue à ralentir l'exode des jeunes ruraux dans l'Amazonie bolivienne.

CoopCerrado - Cooperativa Mista de Agricultores Familiares, Extrativistas, Pescadores, Vazanteiros, Assentados e Guias turisticos do Cerrado - Brésil

Grâce à la commercialisation créative de dizaines de produits biologiques et durables de l'écorégion du Cerrado au Brésil, ce réseau de plus de 4 600 familles améliore les moyens de subsistance locaux, protège la biodiversité et soutient la création de réserves à usage durable, montrant ainsi la voie vers une économie verte.

Tropical Forest and Rural Development - Cameroun

En donnant des moyens d'action aux communautés indigènes de la réserve de biosphère de Dja au Cameroun, cette organisation communautaire encourage l'agroforesterie à base de cacao et la collecte de produits forestiers pour améliorer les revenus locaux tout en protégeant une forêt vulnérable.

Asociación de Mujeres Indígenas del Territorio Cabécar Kábata Könana - Costa Rica

En combinant les connaissances traditionnelles et les médias sociaux pour assurer la sécurité alimentaire pendant une pandémie, l'Asociación de Mujeres Indígenas del Territorio Cabécar Kábata Könana est un modèle de résilience communautaire face au changement climatique et à d'autres chocs externes.

Pueblo Originario Kichwa de Sarayaku - Équateur

Le peuple Kichwa de Sarayaku a remporté des batailles juridiques pour protéger son territoire de 133 000 hectares dans la forêt amazonienne contre les forages pétroliers, l'exploitation forestière et la construction de routes. Leur déclaration "Kawsak Sacha" ("Forêt vivante") vise à faire reconnaître une nouvelle catégorie d'aires protégées, reflétant la vision du monde et les pratiques ancestrales des autochtones.

Aadhimalai Pazhangudiyinar Producer Company Limited - Inde

Cette coopérative de 1 700 actionnaires, gérée et dirigée entièrement par des autochtones de la réserve de biosphère de Nilgiri, améliore les moyens de subsistance des villageois en soutenant la collecte et la culture durables d'un large éventail de produits forestiers et de cultures. Grâce à la valeur ajoutée locale, les membres obtiennent des prix élevés.

Snehakunja Trust - Inde

En protégeant et en restaurant les marais d'eau douce, les forêts à feuilles persistantes et les écosystèmes de mangrove, cette organisation préserve la biodiversité, maintient les aquifères et sauvegarde les puits de carbone dans les Ghats occidentaux et sur la côte du Karnataka, tout en donnant aux communautés locales les moyens d'assurer des moyens de subsistance durables.

BIO-KG Federation of Organic Development - Kirghizstan

Pour inverser le processus de dégradation des sols dans les communautés rurales et montagneuses du Kirghizstan, BIO-KG a été le fer de lance de la création de " Aimaks " (communautés) biologiques, dans lesquelles les villageois s'engagent à pratiquer une agriculture exclusivement biologique, fondée sur les connaissances traditionnelles et les systèmes alimentaires agrobiodiversifiés. Ce modèle a joué un rôle déterminant dans l'annonce faite par le gouvernement de passer à l'agriculture biologique dans tout le pays en l'espace de dix ans.

Grupo Ecológico Sierra Gorda IAP - Mexique

Chef de file de l'atténuation communautaire du changement climatique, le Grupo Ecológico Sierra Gorda IAP a mis en place un mécanisme d'empreinte carbone financé par l'État, de l'entrepreneuriat social, des activités de restauration des écosystèmes et des réserves privées pour protéger de manière holistique la réserve de biosphère de Sierra Gorda et promouvoir le développement économique et social de ses 638 communautés.

Union paysanne Maddaben de Falwel et Union paysanne Hareyben de Tera, membres de la Féderation des Unions de Groupements Paysans du Niger (FUGPN) MOORIBEN - Niger

Ces deux syndicats d'agriculteurs, qui font partie d'une coalition de syndicats agricoles et de groupes d'agriculteurs au Niger, ont amélioré la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance locaux et l'adaptation des communautés au changement climatique par la promotion de la biodiversité agricole dans la recherche participative, la restauration et la régénération des terres dégradées et l'agriculture biologique.

Les partenaires de l'Initiative Équateur sont les gouvernements de Norvège, d'Allemagne et de Suède, ainsi que Conservation International, la Convention sur la diversité biologique, EcoAgriculture Partners, Estee Lauder Companies, Fordham University, l'Union internationale pour la conservation de la nature, One Earth, The Nature Conservancy, PCI Media Impact, Tribal Link, Rainforest Foundation Norway, Rare, le PNUE, le PNUD, la Fondation des Nations Unies, USAID, le WWF et la Wildlife Conservation Society.

Le Prix Équateur a reçu le soutien des anciens chefs d'État Gro Harlem Brundtland et Oscar Arias, des lauréats du Prix Nobel Al Gore et Elinor Ostrom, des leaders d'opinion Jane Goodall et Jeffrey Sachs, de la leader des droits des autochtones Vicky Tauli-Corpuz, des philanthropes Richard Branson et Ted Turner, et des célébrités Edward Norton, Alec Baldwin, Gisele Bündchen et bien d'autres.

 

Icon of SDG 12 Icon of SDG 13 Icon of SDG 15

PNUD Dans le monde