Le rapport examinera l’évolution de l'incertitude dans l'Anthropocène, ce qui la motive, ce qu'elle signifie pour le développement humain et comment nous pouvons prospérer malgré elle. Photo : PNUD Brésil

 

New York, le 23 novembre 2021 L'épidémie de COVID-19 a ôté de nombreuses vies et gravement nui aux moyens de subsistance dans le monde entier. Mais ce n’est pas juste une parenthèse. Cette pandémie ouvre sur une nouvelle réalité – l'Anthropocène – caractérisée par la complexité et l'incertitude.

Prévu d’être publié vers la fin du second trimestre 2022, le Rapport sur le développement humain (RDH) 2021/22 se concentrera sur ces questions sous le titre provisoire « Temps incertains, vies instables : façonner notre avenir dans un monde en transformation ». Le rapport examinera l’évolution de l'incertitude dans l'Anthropocène, ce qui la motive, ce qu'elle signifie pour le développement humain et comment nous pouvons prospérer malgré elle.

« La pandémie de COVID-19 et le changement climatique ne sont que deux exemples de changements planétaires nouveaux et dangereux, et les incertitudes qu'ils suscitent sont caractéristiques de l'Anthropocène », a déclaré Pedro Conceição, directeur du Bureau du Rapport sur le développement humain au PNUD. « Le nouveau rapport examinera comment de tels changements interagissent avec les inégalités en matière de développement humain pour mettre nos sociétés à l'épreuve ».

Dans le prolongement des RDH 2019 et 2020, le RDH 2021/22 soutiendra une conversation centrée sur les inégalités, tout en intégrant d'autres thèmes importants liés aux incertitudes de l'Anthropocène : les transformations au niveau sociétal ; les effets sur la santé mentale ; la polarisation politique, mais aussi, et surtout, les opportunités. Selon le rapport, doubler le développement humain sera essentiel pour assurer un avenir plus prospère pour tous.

 

PNUD Dans le monde