En ces temps difficiles, il convient de soutenir et de mettre en œuvre des politiques visant à garantir que le tourisme bénéficie aux communautés qui dépendent de ce secteur - PNUD Mauritanie

 

New York, 21 juin 2021 – Transformer les disruptions causées dans le secteur du tourisme en nouvelles opportunités d'amélioration de la compétitivité est essentiel pour que l'Afrique se relève de l'impact dévastateur de la pandémie de COVID-19. Ceci était le message clé transmis aujourd’hui par le Japon, les Nations Unies, l'Union africaine et les représentants des États africains lors de la réunion de haut niveau en ligne des Nations Unies « Renforcer le pouvoir de transformation du tourisme en Afrique ».

Les États membres des Nations Unies, les agences des Nations Unies, les organisations régionales et internationales, et les représentants du secteur privé étaient réunis en prémisse de la huitième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD 8), qui se tiendra en Tunisie l'année prochaine. Les participants ont souligné aujourd'hui que des politiques de tourisme actives seront essentielles pour garantir que la relance post-COVID-19 soit un relèvement durable.

En ces temps difficiles, des politiques garantissant que le tourisme puisse profiter aux communautés qui dépendent du secteur doivent être promues et mises en œuvre. Il s'agit notamment d'aborder les politiques de transport aérien pour améliorer la connectivité au sein du continent, renforcer les compétences des PME, la numérisation et le financement, intensifier le marketing et la promotion, promouvoir les politiques d'inclusion et les investissements verts. À court terme, il est également essentiel de mettre en œuvre et de communiquer des protocoles de sûreté et de sécurité clairs et transparents concernant les exigences d'entrée pour regagner la confiance des voyageurs.

« Le tourisme est un pilier de la prospérité, de la réduction de la pauvreté, du développement durable et de la stabilité en Afrique », a expliqué S.E. Tarek Ladeb, ambassadeur et représentant permanent de la Tunisie auprès des Nations Unies et hôte de la TICAD 8. « Il contribue au redressement et à l'intégration économique de l'Afrique, stimule sa croissance transformatrice et inclusive. »

« Alors que certains pays rouvrent leurs frontières, il est maintenant temps de déployer des modèles et des politiques d'innovation et de tourisme vert qui favorise la compétitivité, identifient des secteurs de niche et maximisent le potentiel du secteur du tourisme en Afrique, y compris pour le « marché unique africain » dans la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) », a souligné Mme Ahunna Eziakonwa, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies, Administratrice adjointe et Directrice régionale pour l'Afrique du Programme des Nations Unies pour le développement.

En 2019, le continent africain représentait le deuxième secteur touristique à la croissance la plus rapide au monde. Pas moins de 70 millions de touristes internationaux ont visité l'Afrique et les voyages et le tourisme ont rapporté environ 170 milliards de dollars américains au produit intérieur brut du continent. Cependant, la pandémie a eu un effet dévastateur sur tous les secteurs sociaux et économiques, en particulier le tourisme. Selon l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT), un milliard de touristes internationaux en moins ont voyagé à travers le monde en 2020. L'Afrique a enregistré une baisse de 74% des arrivées de touristes internationaux et une baisse de 64% des exportations liées au tourisme. Avec une reprise qui devrait être lente et inégale entre les régions, il est essentiel de soutenir le secteur en Afrique en ces temps difficiles, tout en s'adaptant à un modèle plus durable et inclusif.

Mme Elcia Grandcourt, directrice régionale de l'OMT pour l'Afrique, a précisé que « le tourisme offre aux communautés à travers l'Afrique la possibilité de mieux reconstruire, en offrant des emplois et des opportunités aux groupes marginalisés, aux femmes et aux jeunes. Alors que nous continuons de répondre à la crise du COVID-19, nous devons unir nos forces pour accélérer le redémarrage sûr et durable du tourisme africain. »

Les discussions au sein du panel de haut niveau ont également porté sur les changements importants nécessaires au sein du secteur du tourisme pour s'assurer qu'il profite à la reprise économique des communautés de destination, tout en promouvant l'emploi et l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes, le tout dans un souci de durabilité.

« Les perturbations dans l'industrie du voyage et du tourisme offrent de nouvelles opportunités pour revoir le modèle commercial et améliorer la compétitivité en Afrique. Il est crucial d'utiliser cet élan pour remodeler les politiques et les cadres de voyage existants afin de faire du tourisme un point d'ancrage de la croissance socio-économique endogène et durable », a déclaré Mme Cristina Duarte, Secrétaire générale adjointe et Conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur Afrique.

« Les jeunes Africains du secteur du tourisme ont continuellement fait preuve de grand talent, de créativité et de résilience », a souligné Mme Rica Rwigamba, responsable de la Fondation Mastercard pour le Rwanda. « Investir en eux est à la fois une validation de leur ténacité et un acte d'espoir, l'espoir que nous sortirons plus forts de cette pandémie. »

Le spécialiste principal du tourisme à la Banque mondiale, Shaun Mann, a confirmé qu’ « un secteur du tourisme compétitif est trop important pour que les pays africains ne donnent pas la priorité à une reprise plus verte, résiliente et plus inclusive ».

Certains pays ont commencé à rouvrir leurs frontières, mais la situation reste désastreuse alors que les vagues de la pandémie continuent de faire rage sur le continent africain. La mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) devrait stimuler davantage les voyages nationaux et intra-régionaux. La ZLECAf pourrait potentiellement alléger les restrictions de mouvement transfrontalier et les problèmes d'infrastructure et de transport, y compris le coût élevé du transport aérien, la mauvaise connectivité et les régimes de visas rigides, tout en favorisant les chaînes de valeur régionales et la fabrication de produits à valeur ajoutée. L'espoir est ferme pour le tourisme car c'est l'un des secteurs prioritaires du Protocole de la ZLECAf sur le commerce des services.

« On ne peut pas parler de tourisme sans mentionner l'Afrique », a déclaré S.E. Mme Fatima Kyari Mohammed, Ambassadeur et Observateur permanent de l'Union africaine auprès des Nations Unies. « Le berceau d'innovations anciennes et l'histoire humaine sont intimement liés au patrimoine naturel et culturel de l'Afrique. Je suis pleinement convaincue que le continent a, avec la ZLECAf, une opportunité de soutenir la croissance future du tourisme sur le continent. Nous avons ce qu'il faut pour mieux reconstruire. »

Cette table ronde de haut niveau s’inscrit dans le suivi de la série de dialogues sur l'Afrique 2021, qui s'est concentrée sur « l'identité et l'appropriation culturelles : remodeler les mentalités ». L’événement contribue également aux réflexions autour du thème de l'année de l'Union africaine : « Patrimoine : Leviers pour construire l’Afrique que nous voulons". Cet événement a permis de réimaginer le potentiel du tourisme pour aider les sociétés africaines à se remettre de la pandémie et promouvoir des changements positifs pour tous, y compris le développement durable et la paix durable.

Les recommandations alimenteront les discussions mondiales sur la préparation de la TICAD8, visant à intensifier le soutien collectif de la communauté internationale au redressement de l'Afrique et à mieux reconstruire.

« L'avenir du tourisme en Afrique est prometteur. Le moment est venu pour le secteur du tourisme de mieux progresser. L'AfCFTA permettra au continent de s’ouvrir d’une manière inédite, » a déclaré M. Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Administrateur du PNUD. « Nous devons aller au-delà des simples réformes économiques du secteur. Nous devons mesurer sa valeur ajoutée à notre monde naturel, par exemple. Ceci est essentiel pour mobiliser de nouvelles mesures de relance, un soutien financier et des investissements, et devrait être soutenu par de nouveaux efforts pour étendre l'accès à un haut débit abordable, à un moment où seulement 80 % des ménages en bénéficient. »

« Saisissons les opportunités de remodeler le récit de l'Afrique, en libérant le plein potentiel de ses riches atouts naturels et culturels et du capital humain, » a déclaré S.E. Ishikane Kimihiro, Ambassadeur et Représentant permanent du Japon auprès des Nations Unies. « La TICAD8 en Tunisie 2022 stimulera les efforts collectifs mondiaux vers des sociétés et des économies plus résilientes et dynamiques à l'ère post-COVID-19 ».

 

###  ###  ###

 

À propos de TICAD:

La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD) a été lancée en 1993 par le gouvernement du Japon, pour promouvoir le développement, la paix et la sécurité de l'Afrique, à travers le renforcement des relations de coopération et de partenariat multilatéral.

Le lancement de la TICAD a été un catalyseur pour recentrer l'attention internationale sur les besoins de développement de l'Afrique. Au cours des 20 dernières années, la TICAD est devenue un forum mondial, ouvert et multilatéral majeur pour la mobilisation et le maintien du soutien international au développement de l'Afrique selon les principes de « l'appropriation » africaine et du « partenariat international ».

 

Icon of SDG 01 Icon of SDG 08 Icon of SDG 10 Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde