Photo : PNUD Pérou/Monica Suárez Galindo.

 


New York, 10 mars 2021 – Plus de vingt « champions mondiaux » ministres d’États membres de l'ONU ont publié aujourd'hui un appel à une action urgente pour atteindre l’accès universel à une énergie propre et abordable d'ici 2030. Cet appel, constitué de plusieurs messages vidéo, a été diffusé lors du lancement par l'ONU de ‘L’Année d’action pour l’énergie’ qui a ouvert les préparatifs de fond en vue de Dialogue de haut niveau des chefs d'État et de gouvernements sur l'énergie en septembre 2021.

[Avis aux médias : ces messages vidéo sont accessibles aujourd’hui à partir de 9 heures heure de New York, en anglais uniquement, sur un.org/en/conferences/energy2021 ou sur le compte Twitter @UN_Energy]

Cet appel et le lancement virtuel marquent le début du travail de cinq groupes d’experts qui prépareront ensemble une feuille de route mondiale pour atteindre l’accès universel à une énergie abordable et propre (Objectif de développement durable 7) d'ici 2030, et une position nette équilibrée des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Cette feuille de route informera les prises de décisions lors du Dialogue, réunion de haut niveau convoquée par le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, sous l’égide de l'Assemblée générale des Nations Unies. Ce sera également une contribution importante à la lutte contre la crise climatique, car la consommation d'énergie représente les trois quarts de toutes les émissions de gaz à effet de serre.

« Les énergies renouvelables sont une part cruciale de l'action climatique, et sont essentielles pour bâtir un avenir durable, prospère, et pacifique », a déclaré M. Guterres. « Notre défi est clair : pour atteindre une position nette équilibrée des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, nous devons diminuer les émissions de carbone d'au moins 45 % par rapport aux niveaux de 2010 d’ici 2030. Nous n’y sommes pas du tout. La relance post COVID-19 doit servir à construire une économie durable axée sur les énergies renouvelables. Si l’on veut que cette transition énergétique soit juste et créatrice d’emplois, d’un environnement plus propre et plus sain, et d’un avenir résilient, alors il faut apporter un soutien solide aux pays en voie de développement. Le Dialogue de haut niveau sur l’énergie de cette année est l’occasion de promouvoir des solutions concrètes pour accélérer le déploiement des énergies renouvelables à l’échelle mondiale, et faire en sorte que le monde en développement y ait accès. »

Dans les mois à venir, les ministres champions mondiaux inviteront toutes les parties prenantes à se joindre à eux en prenant des engagements concrets. Ceux-ci prendront la forme de pactes énergétiques que les gouvernements nationaux, les villes, les entreprises et les organisations de la société civile présenteront en tant que contributions à la réalisation de l'ODD 7 et à la réduction à zéro des émissions, alignées sur les contributions déterminées au niveau national et les objectifs climatiques à long terme de l'Accord de Paris.

La feuille de route mondiale et les pactes énergétiques proposeront des solutions pour achever la transition énergétique, ainsi que pour répondre aux besoins d'environ 800 millions de personnes qui n'ont toujours pas accès à l'électricité, et aux près de 3 milliards qui n’ont pas accès a des sources d’énergies propres pour cuisiner ou se chauffer. L’usage domestique de combustibles solides génère de la pollution de l’air en intérieur, qui cause plus de 3,8 millions de décès prématurés par an, principalement des femmes et des enfants, en plus de ses impacts environnementaux.

« L’accélération cette année de l’action globale en faveur d’une énergie durable, qui va mener à des engagements à grande échelle par toutes les parties prenantes en prévision du Dialogue de haut niveau, devrait contribuer à une avancée conséquente vers la réalisation de l'ODD 7 d’ici 2030 et nous mettre sur la voie de la neutralité carbone d'ici 2050 », a déclaré le Secrétaire général du Dialogue Liu Zhenmin, Sous-secrétaire général des Nations Unies aux affaires économiques et sociales. « Cela nous rapprochera d’une position nette équilibrée des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. »

« Nous devons de toute urgence accroitre les investissements et les financements pour l'accès à l'énergie durable pour tous - un élément clé des ODD. » a déclaré Achim Steiner, co-président du Dialogue de haut niveau et Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). « Au vu de la baisse spectaculaire du coût des énergies renouvelables, il est économiquement judicieux pour les gouvernements nationaux et locaux, les entreprises et autres acteurs d’investir maintenant dans les technologies vertes qui contribuent à créer de nouveaux emplois et soutiennent une relance durable après la crise de la COVID-19. »

« Au cours de cette année cruciale pour la transition énergétique, nous devons prendre des mesures audacieuses pour ne laisser personne de côté », a déclaré sa co-présidente, Damilola Ogunbiyi, Représentante spéciale du Secrétaire général pour une énergie durable pour tous. « De l’électrification des centres de santé à la création de nouveaux emplois, l’énergie est au cœur d’un meilleur avenir pour tous. Des progrès plus rapides sur l'ODD 7 soutiendront l'action climatique, permettront de mieux nous remettre de la COVID-19 et d'atteindre nos objectifs mondiaux. Le Dialogue sera la plate-forme mondiale où les gouvernements, les entreprises, les jeunes et autres parties prenantes pourront se rassembler pour s'engager à nouveau en faveur d'un avenir énergétique ambitieux. »

Parallèlement au Dialogue de haut niveau sur l'énergie se tiendra en 2021 une série de sommets et de conférences des Nations Unies, notamment la Conférence mondiale sur les transports durables, le Sommet sur les systèmes alimentaires, et la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 26) qui offrent des opportunités majeures pour faire progresser les ODD et l'Accord de Paris.

Des engagements fédérateurs

Chaque champion ministériel travaillera à mobiliser toutes les parties prenantes à prendre des engagements et actions dans l'un des cinq domaines thématiques du Dialogue : accès à l'énergie ; transition énergétique ; réalisation des ODD grâce à des transitions énergétiques inclusives et justes ; innovation, technologie et données ; et financement et investissement. Ils co-organiseront également des forums ministériels sur ces questions en juin et juillet.

Leur plaidoyer s'appuiera sur les conclusions des cinq groupes de travail techniques qui proposeront, pour chaque domaine, une feuille de route pour les actions nécessaires d'ici 2030 pour atteindre l'ODD 7. Chaque groupe de travail, codirigé par trois agences onusiennes et internationales, se compose de 25 à 40 experts provenant d'agences gouvernementales et internationales, d'entreprises, de banques de développement, d'organisations de la société civile, d'établissements universitaires et autres. La liste des champions mondiaux et des agences co-chefs de file pour chaque domaine est ci-dessous :

Accès à l'énergie. Champions mondiaux : Arabie Saoudite, Chine, Japon, Kenya, Malawi, Pays-Bas, Fédération de Russie. Codirigeants du groupe de travail technique : Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Bureau des Nations Unies pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement, Banque mondiale.

Transition énergétique. Champions mondiaux : Allemagne, Brésil, Chili, Colombie, Danemark, Espagne, Inde, Nigéria, Royaume-Uni. Codirigeants du groupe de travail technique : Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP).

Réalisation des ODD grâce à des transitions énergétiques inclusives et justes. Champions mondiaux : Islande, Nauru, Panama, Portugal, Émirats arabes unis. Codirigeants du groupe de travail technique : Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DAES), Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie occidentale (CESAO), Organisation mondiale de la santé (OMS).

Innovation, technologie et données. Champions mondiaux : Ile Maurice, Maroc, Fédération de Russie* Codirigeants du groupe de travail technique : l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ; le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) et l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).

Finance et investissement. Champions mondiaux : Arabie Saoudite*, République dominicaine, Pays-Bas*, Pakistan ; Groupe de travail technique codirigeant : la Banque européenne d'investissement (BEI), l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA).

*Rôle de soutien.

Contacts médias :

Département de la communication globale de l'ONU : Dan Shepard, shepard@un.org;

Secrétariat du HLDE, DAES de l’ONU : Pragati Pascale, pascale@un.org ; Daniella Sussman, daniella.sussman@un.org.

Consultez les contacts médias des organisations partenaires sur le site Web de Dialogue.

Sur le Web : un.org/en/conferences/energy2021 | Twitter : @UN_Energy

 

Icon of SDG 07 Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde